Catherine, Jean-Yves et R'Eve.

Catherine, Jean-Yves et R'Eve.

Menu

2015 année de début des grandes VACANCES

28 Jun 2015
La ville fortifiée de Korcula
La ville fortifiée de Korcula
30 Jun 2015
Les remparts de Dubrovnik
Les remparts de Dubrovnik

Mercredi matin le taxi nous a pris à 7h15. Il nous a déposés à l’agence ou nous avons attendu le chauffeur du mini-bus. A son arrivée nous sommes partis à l’embarcadère qui se situe à 5mn à pied. Nous avons pris le bateau, il n’y avait que nous et le chauffeur. Nous avons demandé si nous étions les seuls. Le chauffeur nous a répondu qu’il devait prendre d’autres personnes sur le continent. A Orebic nous sommes montés dans le bus et ce dernier est allé se garer devant un hôtel. Le chauffeur s’impatientait, il a passé plusieurs coups de fil. Après 20mn d’attente, nous sommes partis. Il n’y avait que nous dans le bus.

Durant le trajet nous avons découvert la péninsule de Peljesac. Région qui produit principalement du vin et de l’huile d’olive. Nous sommes passés à côté de Ston. A cet endroit une muraille (14eme siècle) de 5km ferme l’isthme de Peljesac, elle servait à protéger les salines.

Notre taxi privé nous a déposés aux alentours de 10h à l’entrée de la vieille ville de Dubrovnik. Cette cité est splendide, étonnamment bien conservée. Un plaisir de flâner dans ses ruelles, seul problème nous n’étions pas seuls. Nous avons fait le tour de la ville sur les remparts. Les fans de « Game of Thrones » reconnaîtront des lieux de la saison 3. Ensuite nous avons pris le téléphérique, et avons visité le musée de la guerre qui se trouve sur le point d’arrivée du téléphérique.  Au retour, dans le mini-bus il y avait, avec nous, 3 passagers que le chauffeur avait pris à l’aéroport.

Nous sommes rentrés bien fatigués ! Il nous a fallu jeudi, vendredi et samedi pour nous reposer.

30 Jun 2015
Toujours les remparts
Toujours les remparts
1 Jul 2015

Coucou nous re-voilà, après plusieurs jours sans connexion Internet correcte, nous sommes arrivés en Italie où nous avons immédiatement pris un abonnement 4G et une ligne italienne de téléphone.

Petit bonheur de connexion ultra rapide, nous sommes à nouveau des « connectés », et je vais enfin pouvoir insérer des photos sur le site.

J’en était resté au dimanche 28 juin. Nous explorions nos possibilités pour visiter Dubrovnik et aller sur Otok Mljet  (prononcez MLiette) ou se trouve un Parc National.

Dimanche, de bonne heure, nous prenons les vélos et allons prendre le ferry qui nous dépose à Obebic sur le continent. Nous pensons trouver un bus pour Dubrovnik. Arrivés là-bas, nous ne trouvons pas de solutions correctes, Le bus part d’Orebic à 10h, arrive à la gare routière de Dubrovnik à 12h30 et repart à 17h. De la gare routière nous devons encore prendre un bus pour la vielle ville, environ encore 30mn. Trop court pour tout voir.  Nous abandonnons l’idée d’y aller par nos propres moyens. Nous reprenons le ferry en sens inverse et allons à Korcula ou nous avons vu des propositions d’excursions.  A l’agence de voyage où nous nous rendons, on nous propose un départ de Lumbarda à 7h15, arrivée à Dubrovnik, vielle ville vers 10h.  Un taxi vient nous chercher à la marina,  un petit bateau privé nous fait traverser jusqu’à Orebic, et un mini bus nous conduit à Dubronik. Le retour est prévu à 16h. Il y a des départs tous les jours. Nous demandons également à l’hôtesse des infos sur l’excursion à Otok Mljet. Cette dernière n’est proposée que le mardi à 8h. Nous décidons de faire les réservations.  Lundi Dubrovnik, mardi Otok Mljet. Pour Dubrovnik il y a un problème. Le départ de 8h est complet, l’autre départ est à 10h arrivée 12h. Nous réfléchissons. En fin de compte nous choisissons mardi à Mljet et mercredi à Dubronik en plus nous avons la chance d’avoir un retour à 17h. C’est top !

Lundi nous en profitons pour faire ce que nous faisons très bien depuis quelque temps, à savoir  « rien ». Baignade, promenade dans Lumbarda, marché de fruit et légumes, lectures oui oui même JY…

Mardi matin le taxi vient nous chercher et nous dépose au port de Kocula. Après 2h de navigation un peu mouvementée nous accostons à Otok Mljet. Nous partons à la découverte du Parc National de l’ile. Deux lacs salés au milieu d’un parc forestier. Sur le plus grand lac se trouve l’ilet de Sveti Marije sur lequel est bâti un monastère. La visite de l’ilet prend moins d’une heure, aussi nous nous offrons une halte au restaurant que tout le monde conseille. J’ai pris une assiette dalmate : jambon cru, fromage semi-frais mariné à l’huile d’olive, salade de poulpe, olives, et JY « de la viande et des patates » rumsteck, frites,  le tout avec un pichet de vin blanc de la région. Addition 311Kn soit 45€, rien à dire. Après la visite du monastère nous avons fait le tour du petit lac. Le bateau de retour nous a repris à 16h, et le retour s’est effectué dans des conditions encore moins bonnes que l’aller. Vers 19h nous étions de retour au bateau.

5 Jul 2015

On se sent un peu petit !
On se sent un peu petit !

Dimanche 5 juillet, nous avons mis les voiles pour Mali Lago. Une bonne fenêtre météo se préparait.

La météo annonçait pour mardi et mercredi un vent favorable pour la traversée de l’Adriatique.

Dimanche soir nous avons mouillé sur ancre dans la baie de Mali Longo sur Otok Lastovo. Lundi vers midi nous avons rallié Ubli, nous y avons fait le plein de gazole. Nous avons demandé la permission de nous amarrer sur le quai municipal jusqu’à mardi matin. Nous avons aussi fait les documents de sortie de la Croatie au bureau des Affaires Maritimes. Nous voulions faire les autres formalités au poste de police, mais ce n’était pas possible. Nous leurs avons expliqué que voulions partir à 5h du matin. Ils nous ont répondu qu’ils ne feraient les dernières formalités que lors de notre départ, et nous ont donné un numéro de téléphone pour les appeler à 5h du matin.

Vers 18h un ferry rapide est venu s’amarrer devant nous. Puis vers 22h un autre est arrivé. Nous avions devant R’Eve deux monstres qui n’allaient pas nous faciliter la sortie ! Renseignements pris sur le site internet de la « Jadrolinija », ils devaient repartir tous les deux le lendemain vers 4h30.

Mardi matin à 4h45 nous avons appelé l’Officier de police pour la sortie, nous avons attendu jusqu’à 5h15. Ne voyant personne arriver JY s’est rendu au poste qui se trouvait sur le quai en face du notre, et là l’officier était présent, il s’était même rendormi ! Il était arrivé par l’arrière du poste et nous ne l’avions pas vu. Celui-ci a pris le double du document que nous avait remis l’Officier des Affaires Maritimes et nous a souhaité bon vent et bon voyage… Il était absolument nécessaire de faire ça au moment du départ !

A 5h30 nous avons largué les amarres. Nous avons fait environ ½ heure de moteur, en attendant que le vent se lève. Puis 3heures de voile à environ 4 - 4,5 nœuds. Ensuite nous avons alterné voile et moteur durant la traversée pour garder une moyenne de  4,5 – 5 nœuds. Nous sommes arrivés à Vieste vers 17h30 après 13 heures de navigation.

9 Jul 2015
Terre en vue, arrivée sur le port de Vieste.
Terre en vue, arrivée sur le port de Vieste.

Nous ne sommes repartis que le surlendemain pour nous abriter à Manfredonia. Nous avons trouvé une Marina immense et vide. Un lieu à faire rêver tous les plaisanciers qui attendent des places pendant plus de dix ans dans les ports ou les marinas françaises.

Samedi 11 juillet nous sommes arrivés dans le petit port de Trani. Nous avons eu la chance d’assister à la procession de La vierge del Carmine dans le port et sur terre et au feu d’artifice qui a suivi.

Dimanche midi alors que nous étions attablés JY et moi, nos voisins de quai nous ont apportés une assiette avec 4 tranches de Mozzarella fraiche. En échange nous leurs avons offert des nougats. Nous allons bientôt être à court.

Demain nous irons à Bari.

13 Jul 2015
A Bari dans la darse, un décor de rêve...
A Bari dans la darse, un décor de rêve...

Lundi 13 juillet, un peu avant 11h, nous quittons Trani. La mer est calme nous filons à 4,5 nœuds bon plein sous voiles en évitant les fermes marines, les chalutiers et les filets.  Soudain nous entendons du bruit dans la coque et sous le bateau. Je fonce à l’intérieur pour essayer de déterminer d’où vient ce bruit, mais JY me crie « monte on enroule le génois !». Je ressors et on enroule. Nous perdons de la vitesse et le bruit cesse. Aussitôt JY descends, ouvre les planchers pour contrôler que nous n’avons pas de voie d’eau. Tout va bien ! Il reprend la barre et met le moteur en route. Celui-ci démarre et nous reprenons de la vitesse -4 nœuds à 1800 tours -ce n’est pas bon, mais nous restons manœuvrable. Nous continuons en douceur jusqu’à Bari, ou nous avions réservé une place dans un chantier naval qui offre des places visiteurs. A notre arrivée, je téléphone au chantier pour leur expliquer que nous avons un problème d’hélice, que nous ne savons pas si nous sommes suffisamment manœuvrant pour nous amarrer correctement. On me répond gentiment qu’on va me trouver une place très facile d’accès. Lorsque j’aperçois enfin le marin, il nous indique la darse qui est blindée de par-battages. Effectivement nous n’avons aucune difficulté à nous amarrer. Le responsable de l’atelier vient nous voir dès notre arrivée, il nous propose de gruter le bateau pour voir. RDV est pris pour 8h le lendemain. Nous passons, dans la darse,  notre 1ère nuit à Bari.


13 Jul 2015
Constatation des dégâts, une hélice à changer et un silentbloc à remplacer. On ne sait même pas ce qu'on a attrapé!
Constatation des dégâts, une hélice à changer et un silentbloc à remplacer. On ne sait même pas ce qu'on a attrapé!

 Mardi vers 8h30, R’Eve est dans les sangles. Le mécano et Antonio le chef d’atelier viennent constater avec nous les problèmes. L’hélice a pris un coup et a un jeu anormal, et un silentbloc support moteur est cassé. Il faut remplacer les deux. Par chance JY a emporté dans les pièces détachées nécessaires au voyage, l’hélice bipale d’origine, mais pas de silentbloc. Il nous faut le commander. L’hélice est remplacée, nous mettons le bateau à l’eau. Nous passons notre deuxième nuit dans une vraie place. Sur le ponton nous repérons un bateau français. Nous entamons la conversation avec Lucas du Gibsea 36 Classic « Endorphine ». Lui aussi est en avarie ! Il s’est fait percuter par un voilier italien qui l’a pris par le travers et lui a ouvert le bateau sur le premier tiers avant sur 50 bons centimètres. Le bateau fait de l’eau à la gite. Il attend la réponse de l’expert pour une réparation provisoire, qui lui permettrait de continuer son voyage. Comme il est seul nous l’invitons à diner et passons la soirée ensemble. Mercredi nous avons profité de cet arrêt dans une grande ville pour refaire l’avitaillement du bateau. Jeudi dans la matinée les pièces sont arrivées. Le mécanicien vient remplacer la pièce cassée en début d’après-midi. Pour ne pas rester dans ses pieds, nous partons visiter Bari. A notre retour JY contrôle le travail, et constate que le mécano a « oublié » d’enlever un coin en bois qui lui a permis de soulever le moteur pour changer le silentbloc. Je vous laisse imaginer sa réaction…sachant qu’il vient encore de perdre un bon nombre de resto et quelques litres de vins italiens en réglant la facture. Bon à savoir : en Italie on ne peut pas travailler sur son bateau dans un chantier.

19 Jul 2015

Locorotondo
Locorotondo

Vendredi matin nous quittons Bari pour Monopoli. 7 heures de nav pour 27 miles. Au téléphone une personne des autorités portuaires m’avait dit qu’on pouvait s’amarrer où on voulait sur le quai Margarita. Malheureusement pour nous à notre arrivée il n’y a plus de places disponibles. Après 3 tours dans le port un voilier italien nous invite à couple. Il prend nos amarres, nous voilà installé pour la nuit. Nous repérons encore un bateau français. Le lendemain à 6h du matin le voilier italien part, nous prenons sa place au quai. Nous discutons avec Martine et Yves de Pixel, le bateau français. Ils ont plein de choses à faire et nous aussi, nous proposons de nous retrouver le soir pour l’apéro. Dans l’après-midi nous visitons Locorotondo. A notre retour le voilier français Sirios 3 est à couple d’un des voiliers italiens de la « Vela Adriatica 2015 ». Nous passons la soirée avec Yves et Martine de Pixel.

Page:1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8
Jean Yves Allo mais surtout Catherine