Catherine, Jean-Yves et R'Eve.

Catherine, Jean-Yves et R'Eve.

Menu

2015 année de début des grandes VACANCES

8 Aug 2015
L'orage gronde à l'entrée de la rade de Tarante
L'orage gronde à l'entrée de la rade de Tarante

Samedi 8 août à 8h30 nous sommes prêts à partir, mais le plaisancier n’est pas là. A 9h, il n’est toujours pas là, nous prévenons les gardes côtiers que nous allons partir. Ces derniers nous proposent gentiment de nous accompagner avec leur semi-rigide pour nous montrer le chemin. Mais un des patrons de pêche, demande à JY l’autorisation de monter à bord. Il guide R’Eve dans le chenal, et nous quittons sans dommage le port de Maruggio. Nous le remercions avec une poignée de nougats qui est aussitôt partagée avec les gardes côtiers venus le récupérer. Bel exemple de solidarité des gens de mer. Grand merci à eux.

Nous naviguons au moteur vent de face, mer calme. Nous avons 25 milles à parcourir jusqu’à Tarante. A mi-parcours, des nuages gris annonciateurs de pluies et d’orages se concentrent derrière nous, nous poussons le moteur jusqu’à 6,5 Kn. Nous ne voulons pas être pris dans ce grain. Nous apercevons au loin un voilier, qui se dirige vers Gallipoli. Il va droit vers les orages ! Juste avant l’entrée de la rade de Tarante, nous captons à la VHF plusieurs appels d’un voilier appelant la garde côtière à ce moment les premières gouttes tombent. Nous mettons nos vêtements de pluie et entrons dans la rade. Nous croisons la vedette SAR (search and rescue) de la garde côtière qui sort en trombe. Encore 3 miles à parcourir jusqu’à la marina. La pluie ne fera que nous effleurer et nous nous amarrerons sans pluie ni vent. Ce n’est que deux heures plus tard que nous apprendrons qu’une trombe marine s’est formée en mer, au large des plages de Lizzano (entre Maruggio et Tarante).  C’est le voilier que nous avons croisé qui a appelé les gardes, une personne à son bord, au vu de la trombe, a fait un malaise. Ce voilier s’est amarré à deux places de nous quelques heures plus tard. La personne avait été évacuée par la vedette SAR sur l’hôpital de Tarante.

Dimanche l’énorme dépression s’étend de la Sicile à la Grèce jusqu’au milieu de la botte italienne. Nous restons à Tarante. Nous allons en bus faire un gros de courses à Auchan. Dans la galerie marchande JY repère un McDo. Il craque et prend un 280, grande frites et coca, pour ma part je choisis un 1955, frites et eau gazeuse. Nous sommes en train de manger quand il dit qu’il a mal à la tête, trop de bruit. Ses acouphènes reviennent.  Nous quittons le Mc Do et allons faire nos courses. Nous revenons au bateau avec le chariot à roulettes plein, la glacière remplie, et encore un grand sac. Nous sommes tranquilles pour plusieurs jours.

10 Aug 2015
Le Castel Aragonese
Le Castel Aragonese

Lundi 10, nous faisons les repérages pour notre visite de Matera. A la gare routière nous achetons nos billets, départ demain à 6h, pour environ deux heures de bus. Retour prévu vers 14h30.


11 Aug 2015

Mardi à 5h20 nous quittons le bateau et arrivons au portail de la marina que nous trouvons fermé. Il n’y a personne à l’accueil ! Nous cherchons un bouton qui l’ouvrira, rien à côté du portail. Je propose à JY de l’escalader. Au bout d’un moment j’avise un boitier électrique étanche, emballé dans du scellofrais, à tout hasard j’appuie sur le poussoir, et là le portail s’ouvre. Les chiens enfermés dans la marina en profitent pour aller faire un petit tour, le portail se referme les laissant dehors. Nous arrivons à la gare routière bien avant le départ de notre bus. Après presque deux heures de voyage nous arrivons à Matera. Nous ne savons pas où se trouve la vieille ville, heureusement des panneaux nous indiquent les « sassis ».

A Matera nous découvrons un site où la présence de l’homme date de la préhistoire et a perduré jusqu’en 1958. En effet en 1950, au vu des conditions hygiéniques et sanitaires des 16 000 habitants des « sassis », le gouvernement italien décide de les reloger dans des logements modernes. La dernière famille quittera les lieux en 1958. Suite à ces relogements, la commune de Matera devenue propriétaire des maisons grottes, isole et ferme le quartier des sassis. En 1986 une loi prévoit la conservation et la récupération de l’architecture environnementale à des fins d’habitation, de locaux commerciaux ou culturels. Depuis 1993 les sassis de Matera font partie du Patrimoine Mondial de l’humanité reconnu par l’UNESCO. Au cours de notre visite nous éprouvons un profond sentiment partagé entre le respect et l’admiration pour ces hommes qui ont vécus ici. Leur ingéniosité leur a permis de vivre dans ce lieu hostile jusqu’à nos jours. L’utilisation des grottes pour s’abriter des hivers rudes et des étés torrides, la récupération de la neige en hiver, la collecte des eaux pluviales sont un modèle d’adaptation de l’homme à son environnement.  Pour ceux que ça intéressent : whc.unesco.org/fr/list/670

De toutes les visites que nous avons faites depuis deux mois, celle-ci nous a le plus marqué et impressionné.

11 Aug 2015
17 Aug 2015
Gérard, Cat, Nadia et devant Carmine
Gérard, Cat, Nadia et devant Carmine

Lundi, avec Nadia, nous partons au supermarché Auchan pour faire des courses. Carmine nous y emmène dans sa voiture. Une panda 4X4 qui sera véhicule de collection l’année prochaine. Cela fait longtemps que les vitres latérales sont tombées au fond des portières, L’âge et l’état de la voiture, la conduite de Carmine, (pas de ceinture, et parfois le téléphone…) en font un véhicule prioritaire sur le port et dans un rayon de 20km.

18 Aug 2015
Le Castella
Le Castella

Mardi nous préparons le bateau. Départ le lendemain pour le Castella. Mais à nouveau la météo n’est pas top, la traversée du golfe de Squillace est déconseillée par vent du nord et il souffle encore à 20-25 nœuds. Nous reportons le départ.

Jeudi 20 à 7h30, nous partons enfin. Au bout d’une heure nous virons le cap Colonne et vers 11h le cap Rizzuto. Nous entrons dans le golfe. Des nuages noirs se forment vers Badolato et le vent se lève. Nous poussons le moteur. L’arrivée au Castella se fera sans vent.

21 Aug 2015
A l'entrée du port ensablé de Roccella Ionica
A l'entrée du port ensablé de Roccella Ionica

Vendredi 21 nous repartons à 7h, nous avons du vent sur la moitié du parcours. Nous naviguons grand-voile, génois pendant 25 miles, puis au moteur jusqu’à l’arrivée à Roccella Ionica. Une demi-heure avant de rentrer dans le port ensablé qui nécessite l’aide d’un pilote, une brise tardive de 20 nœuds lève la mer, ce qui ne facilite pas les zigzags pour éviter les bancs de sable. Alors que nous faisons du carburant pour la navigation du lendemain, nous voyons arriver Anaconda de Nadia et Gérard. Nous amarrons R’Eve à coté de Niaouli, le voilier de Christiane et Pierre. Ils arrivent de Grèce. Ils ont navigué 40h dans une mer de m…  Nous les retrouvons le soir, au restaurant de la marina connu de tous les navigateurs pour ses pizzas au mètre.  Comme Nadia et Gérard et nous ils repartent demain à 5h. Au cours du repas, nous décidons de sortir du port derrière eux. Ils connaissent la passe.

22 Aug 2015

Niaouli avec qui nous ferons route jusqu'à Saline Ioniche
Niaouli avec qui nous ferons route jusqu'à Saline Ioniche

Samedi à 4h, je prépare le café, remplis le thermos, et nous prenons un tout petit déjeuner. A 5h nous sommes dans la passe derrière Niaouli. Le jour se lève à peine. Aujourd’hui nous avons notre plus grande navigation. 72 miles jusqu’à Naxos ou 77 à Riposto en Sicile. La navigation jusqu’au cap Spartivento, se passe bien. Vent de NNE, force 3, mer calme : grand-voile, génois. Après le cap le vent tombe, nous enroulons le génois et affalons la grand-voile. Nous continuons au moteur sur 5 miles pour éviter une zone d’interdiction de navigation. Une fois la zone franchie nous renvoyons grand-voile et génois car le vent est porteur. Nous naviguons ainsi une heure, puis le vent tombe à nouveau nous enroulons le génois et continuons grand-voile et moteur. Nous attendons la renverse qui ne devrait plus tarder. La météo consultée à midi annonçait vent NO force 2 à 3, mer belle à peu agitée. Au bout d’une nouvelle heure de navigation la renverse arrive enfin. Vers le capo del Armi à Saline Ioniche une grande barre noire sur l’eau, front de mer agitée, fonce vers nous. Immédiatement nous affalons. Nous sommes à la pointe la plus sud de l’Italie et entrons dans le détroit de Messine que nous devons traverser dans sa plus grande largeur : 30 miles entre Capo del Armi et Taormina.

Nous devons faire cap au 240° pendant 6 heures, mais le vent souffle du NO force 5 à 6 et lève une mer forte que nous recevons par le travers. Nous roulons bord sur bord. Nous prenons la décision de longer la cote en remontant vers le nord pour attendre la fin du coup de vent. Le vent ne faiblissant pas, la mer restant forte, et le bateau tapant dans les vagues, nous changeons de cap pour recevoir la mer et le vent tribord avant. Le bateau roule, mais ne tape plus. Nous supportons ce régime pendant 3 heures. Nous pouvons alors reprendre le cap au 240° avec mer et vent ¾ arrière vers Riposto.

22 Aug 2015
Arrivée à Giardiniç Naxos et vue sur l'Etna
Arrivée à Giardiniç Naxos et vue sur l'Etna
23 Aug 2015
Les plages entre Giardini Naxos et Riposto
Les plages entre Giardini Naxos et Riposto

Le lendemain matin nous repartons à 9h pour le Porto Touristico dell Etna de Riposto. C’est la seule marina correcte près de Catane. Dans l’avant-port un marin nous accueille Je lui dis que nous arrivons de Roccella Ionica et lui demande une place au calme et sans remous pour dormir. Une fois installés, nous nettoyons le bateau, déposons nos papiers à la réception, et retournons dormir. En fin d’après-midi nous faisons le premier repérage de la ville. Il y a du monde c’est la fête « del pesche ». Nous repérons une longue file d’attente devant une échoppe qui vend des barquettes de poissons, de calamars frits. Alors que nous regardons les plats proposés, un monsieur nous conseille de prendre le mix de poissons et calamars, et la barquette de sardines frites arrosées de vinaigre, c’est le propriétaire d’un bateau voisin du notre. Nous prenons également 2 verres de vin blanc de l’Etna et rentrons manger au bateau. Nous passons une nuit calme et reposante.

Page:1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8
Jean Yves Allo mais surtout Catherine